Hassina Mechaï – lepoint.fr

« Ce groupe ne s’est donc interdit définitivement aucune audace dans son exploration musicale. Il a ainsi pu faire vibrer la mandole algéroise avec le violon pour obtenir des sons presque celtes tandis que la clarinette introduisait aussi, l’espace de quelques notes suspendues, comme une légère tonalité klezmer. Étonnant mélange a priori, indéniable réussite après écoute. »

Défiler vers le haut